Partir faire du ski au Québec

Le Québec est une région très réputée pour ses stations de ski. En effet, on ne compterait pas moins de 800 pistes réparties sur environ 73 stations, fonctionnant au cœur de la saison hivernale, pouvant se prolonger de fin novembre à fin avril, parfois même début mai pour les monts les plus hauts comme Mont Tremblant ou au Massif de Charlevoix. Quels sont les lieux les plus conseillés pour se prévoir une belle semaine de ski? Quelle est la situation de la compétitivité de cette industrie touristique à l’échelle de l’Amérique du Nord?

Un héritage historique

L’industrie du ski au Québec fait partie d’un héritage historique, car certaines stations ont fait figure de pionnières en Amérique du Nord. Par exemple la station du Mont Saint-Sauveur a été une des premières à s’équiper de remontées mécaniques, avec un rayonnement régional, puis national qui a commencé dès les années 30. Le cœur de l’industrie du ski s’est ainsi construit dès les années 40-50, pour rentrer ensuite dans la compétition nationales dès les années 60. Depuis ce temps, la forte concurrence qui se joue entre les différentes stations a forcé les investisseurs  à moderniser les installations et à proposer des tarifs et forfaits le plus abordables possibles pour les amateurs de glisse. À l’échelle du Québec, on calcule ainsi que c’est environ 35000 emplois qui sont créés directement par cette industrie qui réussit à dégager un chiffre d’affaire annuel d’environ 200 millions au Québec. Tous les ans, on compte ainsi entre 1 million et  1,5 millions de skieurs et planchistes durant la longue période d’hiver.

Du plaisir au rendez-vous

Avec plus de 3 mètres de neige par an et une compétition féroce entre les différentes villes afin d’attirer le plus de touristes possibles, on réalise facilement que le Québec représente un lieu exceptionnel pour les amateurs de ski, grâce à ces conditions idéales, des tarifs et forfaits abordables, un paysage magnifique, mais aussi une proximité avec les grandes villes de la province, que ce soit Montréal pour les stations des Laurentides, Sherbrooke pour celles des Cantons de l’Est ou encore Québec pour les grandes stations du massif de Charlevoix, qui représentent certainement le terrain le plus jouissif pour skier dans la région. Les pistes sont particulièrement bien entretenues durant toute la saison, et on trouve ainsi de nombreuses stations qui proposent un éclairage de nuit : skier sous les étoiles est une sensation merveilleuse que beaucoup de touristes viennent rechercher au Québec. En effet sur le million de skieurs enregistrés sur les pistes, on compterait seulement 20% de personnes originaires du Québec, ce qui veut donc dire que l’industrie du ski au Québec a un véritable rayonnement international. Pour les professionnels de la glisse, de nombreuses compétitions sont organisées, notamment pour les planchistes qui trouveront dans la plupart des grandes stations des parcs de surf acrobatique. On voit donc souvent des professionnels américains venir s’entrainer ou participer à des compétitions dans les stations du Mont Tremblant ou bien par exemple à Saint-Sauveur, qui réunissent des parcs très bien conçus.  Si vous aimez les grands dénivelés, voici quelques stations avec les plus longues descentes : le Massif de Charlevoix, le Mont Tremblant, le Mont Sainte-Anne,, mais aussi dans les Cantons de l’Est, le Mont Orford et le Owl’s Head. Toutes les autres stations présentent moins de 500 mètres de dénivelés.

Une compétitivité en péril

Dans ce secteur très concurrentiel, les investisseurs doivent redoubler d’effort pour satisfaire la clientèle : les pistes doivent être modernes, bien entretenues, les forfaits de ski doivent être abordables et les villes accueillantes en termes de restauration et d’hébergement.  Actuellement l’industrie du ski au Québec connait des difficultés en raison de la hausse des charges d’électricité exigées par Hydro-Québec. En fait, tous les ans, les charges augmentent de 8%, ce qui réduit toujours un peu plus la marge de manœuvre de l’industrie. En raison de cette pression financière, les stations sont dans l’impossibilité de faire évoluer les tarifs et les forfaits, ce qui fait que de plus en plus de skieurs et planchistes préfèrent partir dans le Vermont pour leur week end, car là-bas les tarifs sont souvent plus abordables. C’est d’autant plus difficile à digérer pour les investisseurs que la plupart du temps ces stations du Vermont se fournissent en électricité provenant du Hydro-Québec, mais à des tarifs plus bas. Une situation à laquelle il faudra un jour remédier, faute de quoi ce magnifique fleuron du tourisme au Québec perdra certainement de la valeur sur la plan de la compétitivité en Amérique du Nord.

Une pensée sur “Partir faire du ski au Québec

Laisser un commentaire